• Recherche collaborative et démarche réflexive : l’accueil en CCAS, un espace en souffrance

    Communication dans le cadre de la manifestation suivante :

    5ème Congrès AIFRIS – 2 au 5 juillet 2013

    Résumé

    Recherche collaborative et démarche réflexive : l’accueil en ccas, un espace en souffrance

    A partir de mon objet de recherche sur l’implication des professionnels dits en front office dans leur activité quotidienne d’accueil, je propose d’interroger les effets du dispositif de recherche collaboratif mis en place au sein d’un service public repéré en souffrance professionnelle. Ma communication repose sur la présentation de la recherche action qui est l’un des modes de mon de recueil de données et sur les effets de la collaboration patricien/chercheur en matière d’évolution des enjeux mais aussi de transformation des savoirs au sein du service.

    METHODOLOGIE

    De la chercheure impliquée au chercheur collectif.

    La pensée « cultivée » ou « scientifique » employée seule, n’est pas selon moi une force suffisamment persuasive pour engager un processus de transformation des pratiques ou des postures. Les outils de la recherche permettent lorsqu’ils sont appropriés par l’acteur et accompagnés par le chercheur, d’exercer une expertise et une intervention dans le débat public. La recherche permet alors d’intervenir délibérément sur la réalité et s’étaye sur une légitimité scientifique. C’est une manière de développer de la connaissance et des savoirs, de penser l’action en croisant l’approche scientifique et l’approche opérationnelle, favorisant ainsi l’expression d’une pluralité. A travers la multiplicité des postures (sujet/acteur), je fais ressortir les logiques contradictoires à travers la reconnaissance de mon parcours. Cette dynamique ne peut donc se penser seule. Si l’individu est au centre de la réflexion, la place du collectif est essentielle pour expérimenter de nouveaux modèles d’organisation alternatifs.

    Les effets de la collaboration.

    J’ai fait le choix d’investir mon terrain de recherche dans le cadre de dynamique(s) collective(s). Les agents d’accueil participent individuellement et collectivement à l’objet de recherche sur la « souffrance au travail ». Il s’agit de favoriser la création d’espaces alternatifs permettant la production de savoirs interdisciplinaires et transdisciplinaires : entretien individuel et retour et analyse en collectif, groupe de travail sur la construction de savoirs co-élaborés, intervention des acteurs en centre de formation pour échange de pratiques avec des étudiants éducateurs spécialisés en formation….

    La question de l’implication du chercheur est fondamentale dans cette démarche, interrogeant les modalités d’intervention et les négociations nécessaires dès l’accès au terrain. Le dispositif proposé devient lui-même un analyseur construit en venant déranger le fonctionnement ordinaire de cette structure singulière.

    Bibliographie

    BOURASSA B et BOUDJAOUI M ( dir). Des recherches collaboratives en sciences humaines et sociales ( SHS), enjeux, modalités et limites, Laval : Presses de l’Université de Laval

    MONCEAU, G. (dir.) (2012). L’analyse institutionnelle des pratiques. Une socio-clinique des tourments institutionnels, Paris : L’Harmattan.

    LOURAU, R (1996). Interventions socianalitiques, les analyseurs de l’église, Paris :Anthropos

    Présentation de l’auteure

    Corinne ROUGERIE – Laboratoire EMA – Université Cergy Pontoise
    Doctorante, 2ème année
    Coordonnatrice PREFASS Limousin


    Accès à cette publication sur le site de l’AIFRIS

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.